Accueil > Histoire des Expos > Expositions universelles françaises > Exposition universelle de Paris 1889
RETOUR ACCUEIL <
Je signe pour la candidature
Je veux adhérer à l'association

Exposition universelle de Paris 1889

Expo universelle 1889 1 Expo universelle 1889 3 Expo universelle 1889 4 Expo universelle 1889 5
Portée symbolique : Commémoration du centenaire de la Révolution française

Les monarchies boudent l’Exposition, mais y envoient leurs industriels. Comment boycotter un événement d’une telle ampleur ? L’Exposition change de ton : le souci éducatif cède le pas à l’approche ludique. Elle prend encore de l’ampleur : au Trocadéro et au Champ-de-Mars s’ajoute l’esplanade des Invalides. Mais ce sont surtout les prouesses architecturales et la prolifération de sculptures, stucs et céramiques qui marqueront les esprits et entraîneront les expositions sur les voies de la fantaisie et du plaisir. 

Thème : "Le triomphe du fer"
L'Exposition en chiffres
  • 96 hectares
  • 35 pays
  • 61 722 exposants dont 25 000 étrangers
  • 32 millions de visiteurs
  • Bilan financier nettement bénéficiaire (8 millions de francs)
  • Performances : la Tour Eiffel mesure 324 m. C’est à l’époque le monument le plus haut au monde. Les travaux durent 2 ans. 150 ouvriers travaillent à dresser les 18 000 pièces de la tour. 30 000 visiteurs font l’ascension à pied pendant la semaine d’inauguration. La Tour compte 2 millions d’entrées pendant l’exposition.
    Le Palais des Machines explose tous les records : une voûte unique et une nef de 77 000 m2 au sol comptant 34700 m2 de vitrage.

 Les grands noms de l’Exposition

Gustave Eiffel, Ferdinand Dutert (qui dessina la nef du Palais des Machines).

Restes architecturaux encore visibles
  • La Tour Eiffel
  • Chapelle norvégienne à Ville d’Avray, auberge espagnole au Plessis, pavillon suédois à Maisons-Lafitte, pavillon russe à Saint-Cloud, chalet norvégien à Louveciennes… sont autant de témoins disséminés de cette exposition haute en couleurs.
  • La cité des Fusains, au pied de la Butte Montmartre, et les ateliers du 9, rue Campagne-Première (14e) furent construites à partir de structures provenant de différents pavillons de l’exposition.
Inventions et innovations diverses
  • Marteaux atmosphériques
  • Machines à raboter
  • Fabrique d’horloges Tissot
  • Machines à fabriquer des cigarettes
  • Phonographes

 

Chronique
Du 5 mai au 31 octobre 1889.

Onze ans après l’Exposition Universelle de 1878 - la périodicité semble désormais acquise - la France est à nouveau l'hôte du monde. Le motif de la fête est annoncé : on célèbre le centenaire de la Révolution. Cette commémoration ne fait pas l'unanimité chez les Français et nombreuses sont les monarchies européennes qui ne veulent pas concourir officiellement. Elles favorisent néanmoins la participation, à titre privé, de leurs concitoyens et envoient les toiles de leurs maîtres à l'exposition des beaux-arts. On compte cependant la participation officielle de la Grèce, de la Serbie, de la Perse, du Japon et de la majorité des pays d'Amérique Latine.

Le centenaire de la prise de la Bastille marque toute l'exposition. Dans presque tous les domaines, on mesure le chemin parcouru les cent dernières années.

Aux traditionnels espaces du Champ-de-Mars et du Trocadéro s'ajoutent l'esplanade des Invalides et le quai d'Orsay. On a construit un grand palais, un palais des beaux-arts et une galerie des machines, qui ne doivent pas survivre à l'exposition. La Tour Eiffel se hisse au milieu, prouesse technique qui, comme la galerie des machines, met le fer à l'honneur. Les affiches assurent également une promotion de la technologie rendue accessible à tous. Les visiteurs se précipitent d'une nouveauté à l'autre, du premier étage de la Tour au globe terrestre avec son promenoir en spirale autour de ses douze mètres de diamètre, à la rue du Caire, qui distille ses senteurs exotiques. Le Palais de l'Industrie est réservé aux réceptions et aux fêtes. Quant aux spectacles, ils sont nombreux, au point de susciter les plaintes des restaurants et théâtres parisiens, dont l’exposition ravit la clientèle. La représentation des colonies a pris encore de l'importance en cette fin de décennie où les puissances européennes finissent de se répartir l'Afrique, l'Asie et l'Océanie.

Grâce à l'électricité, le site ne ferme ses portes que peu avant minuit.

La vente anticipée des tickets et les recettes provenant des nombreuses attractions et spectacles laisseront aux organisateurs un résultat largement positif. L'exposition enregistrera 32 millions de visiteurs.

 

 

Crédit photos : BIE/Bureau International des Expositions
Sources : Que sais-je ? Les expositions universelles, par Florence Pinot de Villechenon ; Fêtes géantes - Les expositions universelles pour quoi faire ?, par Florence Pinot de Villechenon ; Sur les traces des expositions universelles, 1855-1937, par Sylvain Ageorges.

ILS SOUTIENNENT

AccorHotelsAéroports de ParisAG2R La MondialeAir FranceAltarea CogedimCarrefourCompagnie de PhalsbourgCrédit AgricoleDeloitteElior GroupENGIEFondation d'Entreprise MichelinGroupe BouyguesGroupe ClarinsGroupe Galeries LafayetteGroupe RenaultJCDecauxLe Groupe La PosteMcKinsey CompanyRATPSanofiSociété du Grand ParisUnibail-Rodamco / ViparisCovéaHopscotch GroupeMuseum National d'Histoire NaturelleRegusSteelcaseSuez EnvironnementTransdev
www.expofrance2025.com
Mentions légales/Plan du site
Fermer

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.